Témoignages

Anthony Ferstler

Propriétaire de 2 distributeurs "Relais de la Heidenkirch"

Extraits des DNA – Dernières Nouvelles d’Alsace  – Avril  2017

« Ce qui nous facilite la tâche, c’est que nous avons un logiciel qui nous permet de savoir en temps réel ce qui reste dans nos machines. Ça nous permet d’ajuster au mieux les délais pour recharger les machines et les quantités à produire pour éviter les pertes. »

depuis-fin-fevrier-sarre-union-a-un-distributeur-de-pizzas-et-de-flamms-photos-dna-thomas-lepoutre-1492797716

anthony-ferstler-gerant-du-restaurant-de-la-heidenkirch-a-ratzwiller-photo-dna-thomas-lepoutre-1492797716« Lorsqu’on a mis en route le premier distributeur, ça a été un peu tendu au départ. On voulait être sûr que ça marche. Du coup, les deux premiers mois, c’est Anthony seul qui s’est occupé d’alimenter la machine de Rohrbach-lès-Bitche. Mais rapidement, il s’est rendu compte que la charge de travail était trop importante pour lui en plus de la gestion du restaurant. »

« Il a fallu qu’on modifie un petit peu la recette de la pâte pour les machines, pour éviter qu’elle ne soit desséchée après son passage en chambre froide. » Par contre, les garnitures sont les mêmes.

« ces distributeurs nous apportent un gain en image auprès de clients qui ne sont pas très loin du restaurant. Pour ceux qui nous connaissaient avant, ça peut aussi être rassurant de savoir que les pizzas et les flamms sont préparées ici. On a découvert le four conçu en Normandie, on a testé nos recettes et on s’est rendu compte que ce n’était pas satisfaisant. » Anthony a alors suivi une formation spécifique et a travaillé sur une nouvelle recette de pâte afin de coller au plus proche de ce que peuvent déguster les clients du restaurant.

Sébastien Ruhf

Propriétaire d'un distributeur "Salle des Bouchers"

Extraits des DNA – Dernières Nouvelles d’Alsace  – février  2017

Les patrons du restaurant la Salle des bouchers à Gundershoffen viennent d’installer un distributeur de pizzas « fraîches et artisanales » près de la route départementale 1 062. Ils ont vendu plus de 600 pizzas la première semaine, dont 112 pour la seule soirée de dimanche. Élisabeth et Sébastien Ruhf sont « bouche bée » face au succès de leur kiosque à pizz’.

Avec plus de 800 pizzas vendues en dix jours, les résultats dépassent les espérances de Elisabeth et Sébastien Ruhf.

Avec plus de 800 pizzas vendues en dix jours, les résultats dépassent les espérances de Elisabeth et Sébastien Ruhf.

« C’est la grand-mère du meilleur ami de notre fils qui avait vu ça en vacances, racontent les patrons du restaurant. Au début, on était un peu sceptiques. » Un tour dans un salon professionnel à Paris les a convaincus. « C’est la solution dont nous avions besoin pour faire face aux commandes de pizzas à emporter, le vendredi et samedi soir. Avec une centaine de clients en salle, nous étions obligés d’en refuser. »

Le kiosque est comme un deuxième petit établissement que Sébastien Ruhf gère à distance sur son téléphone portable. « Je vois le stock, la température, les commandes en temps réel », montretil. L’activité a démarré si fort qu’il doit alimenter l’automate plusieurs fois par jour. « Je me lève à 4 heures du matin et je travaille jusqu’à 16 heures rien que pour préparer des pizzas », confie le restaurateur

Page Facebook : « Salle des Bouchers »

Ronald DIDION

propriétaire de 4 distributeurs "Ronaldo Pizza"

Extraits d’un reportage de MATELE – décembre 2016

Des pizzas artisanales mises à votre disposition 7/7 et 24/24, c’est le concept de Ronald Didion. Ce pizzaïolo d’Havelange a mis en place des distributeurs automatique de pizzas fraîches dans la région.

Des pizzas fraîches à n’importe quelle heure du jour, c’est le concept original de Ronald Didion, un pizzaïolo d’Havelange. Pour y arriver, il a placé, depuis quelques années déjà, des distributeurs automatiques de pizzas artisanales à différents endroits de la région. Mais comment cela fonctionne ?

La première étape se déroule dans l’atelier de Ronald. Il prépare à l’avance les pizzas. Il s’occupe de la pâte, étale la sauce tomate et précuit le tout au four avant d’ajouter la garniture. La pizza est alors prête pour le transport de son atelier vers l’un de ses distributeurs. Elle est y conservée dans une chambre froide en attendant d’être sélectionnée par le client.

“C’est un plateau robotisé qui va chercher la pizza choisie par le client à l’écran. Il l’envoie ensuite dans le four à air pulsé à plus de 220°” précise Ronald.

Conservation, péremption et cuisson, tout est gèré par l’automate. Mais Ronald doit l’alimenter en pizzas presque tous les jours, cela représente entre 10 et 12 heures de travail quotidien.

“Maintenant, on a quatre distributeurs. Par jour, je prépare entre 50 et 200 pizzas en fonction du jour de la semaine.”

ronald-didion-matele-dec-2016

Pour gérer ses automates, Ronald peut à nouveau compter sur la technologie:

“Je suis connecté avec mon smartphone sur chaque distributeur, ce qui me permet d’avoir constamment un oeil sur le stock.”

Ronald a placé son premier distributeur à Havelange il y a déjà huit ans. Dès le départ, le concept a eu du succès auprès des habitants de la région.

“Au premier abord, ils sont surpris puis très contents. C’est devenu un véritable service rural!”

En plus des distributeurs situés à Havelange et à Hamois, Ronald compte également deux autres automates. L’un est à Gesves, en province de Namur. L’autre a été placé à Strée, dans la région liégeoise.

 

 

Cyril Madaoui

Propriétaire d'un distributeur "Le Stromboli"

Propos extraits du journal de Saone-et-loire le 28/12/2016

Cyril Madaoui - Le Stromboli - Le Journal de Saone et Loire

«je souhaitais mieux répondre à la demande et permettre à toute heure d’acheter une pizza sans venir à Paray », lance Cyril Madaoui, pizzaiolo au Stromboli. La réalisation de son souhait vient de voir le jour : depuis peu, un distributeur de pizzas fraîches est installé en plein cœur de la commune.

« Le challenge était de garder la même qualité qu’à la pizzeria. J’ai testé plusieurs types de farine, les temps de cuisson par rapport au poids, la taille (29 cm) et à la garniture. Après de nombreux essais en collaboration avec le fabricant français Adial, tout est réglé »

Stéphane Schmidt

Propriétaire d'un kiosque "La Mama"

Propos extraits du réveil de Neuf Chatel – octobre 2016

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Il vend une quarantaine de pizzas par jour avec des pics à 70 margherita, calzone ou 4 fromages, notamment le week-end. Vendredi dernier, ce sont 80 pizzas qu’il a fabriquées juste « pour alimenter le début du week-end ». Son kiosque fait partie du top 10 en France sur 280 distributeurs installés par la même marque.

« Nous avions bien étudié la question avant de l’installer. Il n’était pas question pour nous de déshabiller Pierre pour habiller Paul. Les gens peuvent aussi bien venir chercher une pizza à emporter ici, ou aller au distributeur, tout comme venir dans notre restaurant. Cela arrive fréquemment. Ils nous le disent. Le distributeur, c’est bien quand on est fermé ou qu’ils veulent une pizza rapidement. Ils n’ont pas d’horaire pour consommer. Pas besoin non plus de s’installer à une table. C’est la démarche de la facilité. C’est un vrai plus pour notre restaurant ».la-mama-le-reveil-de-neufchatel-photo-oct-2016

Jean Louis MENIN

Propriétaire de 5 distributeurs « PADOVA PIZZA»

jl-menin-la-nouvelle-republique-oct-2016

Propos extraits d’article du journal «La Nouvelle République» d’octobre 2016

Fabricant de pizzas à Fondettes, Jean-Louis Menin installe son cinquième distributeur dans l’agglo et le premier à Tours. Son concept allie qualité et service.

« Je ne constate aucune baisse du chiffre d’affaires en bas depuis l’installation du distributeur. En fait, j’élargis ma clientèle avec le nord Fondettes, Saint-Cyr, alors qu’au sud, je travaille plutôt avec Luynes, Saint-Etienne-de-Chigny. »

« Plusieurs fabricants proposent ce type de produits en Europe, mais je voulais la meilleure qualité de produit rendu. Le client peut obtenir sa pizza crue en 30 secondes pour rajouter des ingrédients dessus et la faire cuire à la maison, ou cuite en 3 minutes avec de la chaleur tournante et un grill dans la partie supérieure.  »

5eme-padova-la-nouvelle-republique-oct-2016

Christophe Dupouy

Propriétaire de 3 distributeurs "LA TOSCANA"

Propos extraits d’article du journal «La Nouvelle République» et de «Saint Aout »  de août 2016

Christophe Dupouy, patron de la Toscana à Ardentes et déjà à la tête de deux distributeurs automatiques à Ardentes et à Déols vient d’ implanter sur la commune après un avis favorable de la municipalité une pizzadoor. Depuis mardi matin, elle est en service et déjà, Christophe et son fils Richard sont satisfaits. Dans un chalet en béton, le concept contient à la fois 70 pizzas et offre aux clients la possibilité de sélectionner 14 variétés à choisir froides ou chaudes.

Nous avons retravaillé sur le produit et sur le conditionnement souligne le gérant pour que le client au distributeur automatique est la satisfaction de la pizza du restaurant. La saveur et le moelleux doivent être intacts. Il n’y a pas de secret pour vendre une pizza, il faut qu’elle soit bonne dans les deux cas de figure. Même l’emballage a été peaufiné avec des trous d’aération et une palette intérieure.

De la montagnarde en passant par la régina ou la fromagère, elles ont l’air d’être adoptées par les aygulfins. En attendant de battre le record d’Ardentes le jour de la finale des bleus qui était de 140 ventes, on y vient depuis mardi, on s’y gare, on attend et on repart carton en main, d’ailleurs vendredi soir il a fallu le réapprovisionner à 23h. 3ème ambition accomplie pour Christophe Dupouy qui chapeaute une équipe de 8 personnes. Richard le fils âgé de bientôt 24 ans après avoir fait son chemin dans le milieu professionnel devrait prochainement prendre les commandes du restaurant. Quant à papa, il continuera à bichonner ses pizzadoors avec toujours un oeil sur l’écran pour suivre le réapprovisionnement.

dupouy-la-toscana-la-nouvelle-republique-aout-2016

Baptiste Branchi

Popriétaire de 4 distributeurs "CASALDO"

Propos extraits d’article du journal «La Nouvelle République» de août 2016

« C’est notre quatrième distributeur dans la région », détaille Baptiste Branchi, gérant de l’enseigne. Un concept original venu d’une restauration plus traditionnelle. « Mes parents tenaient une pizzeria à Surin, mais en pleine campagne, c’est difficile d’être ouvert tout le temps pour satisfaire la demande. Alors comme nous avions rencontré sur un salon un fabricant français de distributeur automatique de pizzas, nous nous sommes lancés. »

Le premier des automates voit le jour à Savigné en 2008, avant ceux de Ruffec et Gencay dans les deux années qui suivent et avant Chauvigny depuis quelques mois. « Pour répondre à la demande de clients chauvinois qui allaient sur Gencay mais aussi pour y faire découvrir nos produits. »

« La pâte est fabriquée dans nos locaux à Surin et précuite au feu de bois. Les différentes variétés de pizzas sont ensuite préparées à l’avance et stockées dans le robot distributeur qui peut en accueillir jusqu’à 70. Elles ont une date limite de consommation de 72 heures, au-delà de laquelle l’automate ne les distribue plus, mais de toute façon, il est réalimenté chaque jour. » Délivrées crues ou cuites « et pas réchauffées », 24 h sur 24 h et 7 jours sur 7

2.500 à 3.000 pizzas sont vendues chaque mois dans les distributeurs “ Casaldo ”. « Sur Chauvigny, ca démarre bien, avec près de 800 pizzas vendues sur un mois complet. »

branchi-casaldo-la-nouvelle-republique

Anthony Ferstler

Propriétaire d'un distributeur "Relais de la Heidenkirch"

Propos extraits d’article du journal «Le Républicain Lorrain» de juin 2016

« Le grand intérêt est de pouvoir prendre sa pizza chaude si on souhaite la consommer de suite, dans ce cas il faut attendre quelques minutes et la manger rapidement. On peut aussi la commander froide en prévision d’un repas du soir, et dans ce cas elle arrive en 30 secondes. L’écran d’accueil tactile a été conçu pour être facile à manipuler ».

« Ce dispositif fonctionne 24 h / 24 h, et permet de se procurer des pizzas à n’importe quelle heure ».

« 240 installations de ce genre existent en France, et dès le premier mois nous avons figuré parmi les plus fréquentés au plan national ».

anthony-feslter-le-republicain-lorrain-juin-2016

Vincent Griffon

Propriétaire d'un distributeur "A l'Epoque"

vincent-griffon-ladepeche-mai-2016Propos extraits d’article du journal «L’Eclaireur, la dépêche» de mai 2016

Innovation à Neuf-Marché avec l’installation d’un distributeur de pizzas. Froides ou chaudes, les clients pourront se les procurer 24 h sur 24. Un service unique en pays de Bray pour le moment.

« Nous avions régulièrement des appels pour des pizzas lorsque le restaurant est fermé ou vers 23 h 30 – minuit » « Les clients pourront être satisfaits 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Il y a deux possibilités : des pizzas chaudes ou froides à réchauffer au four. Les froides coûtent 5 % moins cher »

« C’est une autre façon de travailler, en plus de l’activité du restaurant. Mais c’est assez facile de s’adapter. D’autant que ce sont des pizzas que je connais, les mêmes qu’au restaurant, faites avec des produits locaux »

a-lepoque-ladepeche-mai-2016