Distributeurs automatiques de pizzas paninis tacos et casiers

Distributeurs automatiques de pizzas et de paninis/tacos

Actualités

29 juillet 2020

Interview de NICOLAS KORCIK : Pizzaïolo LE PETIT CREUX

L’histoire de Nicolas Korcik démarre en Pâtisserie. Après avoir suivi sa formation, il commence à travailler à 14 ans et demi. Aujourd’hui et depuis 21 ans, il est propriétaire d’une pizzeria de 24 places dans laquelle il propose essentiellement des pizzas à emporter et un service de livraison. `

L’épisode du COVID-19 a définitivement convaincu Nicolas d’arrêter la vente sur place pour se consacrer à la vente en distributeur, la vente à emporter et la livraison.

Le passage de la pâtisserie à la pizza s’est fait assez naturellement. Son oncle possédait une pizzeria à Senlis et Nicolas allait de temps en temps remplacer les jeunes pizzaiolo le week-end ou le soir. Quelques années plus tard, il a finalement décidé de se consacrer à cette activité.

Aujourd’hui, Nicolas et son amie Karine ont monté un restaurant appelé « Le petit creux ». Cela fait 21 ans qu’ils sont installés à Chinon et que Karine l’accompagne dans cette aventure. « Mais au bout de 21 ans, on avait besoin de changement, on n’a plus les mêmes envies qu’à 30 ans. On avait décidé soit de vendre le commerce et d’arrêter complètement, soit de travailler autrement ».

Dans la pizzeria « Le petit creux », les rôles sont bien déterminés, Nicolas s’occupe des pizzas et des desserts et Karine fait le service. Au début ils ont commencé à 2 pour les pizzas à emporter et la livraison, Karine s’occupait du téléphone, de la prise de commandes et de la livraison.

Rapidement, ils développent leur activité avec un peu plus de personnel et aujourd’hui l’équipe peut monter jusqu’à 5 personnes notamment le week-end.

En 2020, ils décident de se lancer dans l’aventure de la distribution automatique. « Il n’y a pas de concurrents, donc on a décidé de se lancer et puis le Covid a accéléré les choses, on a décidé de tourner la page à la restauration sur place ».

Au début Nicolas s’est heurté à quelques clients un peu réticents à l’idée que la salle de restaurant ferme mais rapidement Nicolas a su convaincre que ce choix était le bon et que cela allait permettre aux clients de pouvoir commander leur pizza quand ils le souhaitent, donc plus de liberté.

Pendant le COVID, le restaurant a fait un carton, « c’est un peu le 14 juillet tous les jours et nous avons une bonne petite équipe de jeunes qui arrivent à suivre le rythme. » nous confie Nicolas.

Les points forts de la pizzeria c’est avant tout le produit et également le fait que les patrons soient accueillants. Depuis 20 ans, ce que les clients viennent chercher chez Nicolas, c’est la convivialité, « au début il y a avait peu de restaurants, maintenant on trouve jusqu’à 60 points de restauration sur Chinon donc il ne faut pas faire n’importe quoi, il y a des Mac Donalds, des chinois à volonté, les cafétérias de la grande distribution donc il faut savoir se remettre en question et travailler différemment ».

Pour travailler différemment, Nicolas a d’abord aménagé ses horaires, depuis 10 mois il ne travaille plus le matin, et il n’ouvre plus son restaurant le midi, et il n’a constaté aucune baisse de son chiffre d’affaires.

Pour Nicolas, la distribution automatique c’est une façon de freiner la concurrence, une volonté d’innover et de gagner du temps. Le premier distributeur, Nicolas l’a installé la semaine dernière, un nouveau projet qu’il démarre sereinement. « Je suis allé faire une formation chez Adial à Lisieux en Juin, nous avons été formés sur la farine et même si cela fait 30 ans que je travaille ce produit, la formation était vraiment bien ».

Pour la qualité, Nicolas cherche du côté des producteurs locaux et n’hésite pas à utiliser du fromage de chèvre local par exemple ou des produits qui viennent de chez son boucher, et « quand tu mets des bons produits et que tu n’hésites pas, cela ne peut que marcher ».

Nicolas cherche également à gagner du temps. Aujourd’hui la pizzeria est fermée 2 jours et demi par semaine mais par contre il est là pour les « coups de bourre ». Pour lui le distributeur « est une bonne idée et comme il n’y en a pas aux alentours, il faut se lancer là-dedans ».

Le choix Pizzadoor s’est fait assez naturellement ; « pour moi il y a deux gros distributeurs, j’avais rencontré PizzaDoor il y a quelques années et je n’étais pas du tout convaincu, alors je ne sais pas si en vieillissant on s’assagit ou on devient plus intelligent, mais aujourd’hui je me sentais prêt ». Ce qui a penché vers PizzaDoor c’est aussi le feeling avec l’équipe et le formateur Jean-Christian Portet, « j’ai été super bien accueilli là-bas ».

Nicolas n’a pas réellement de craintes concernant le distributeur, « que cela ne fonctionne pas, cela ne m’inquiète pas, c’est plus le côté qualité des produits, de trouver des bons produits, mais le nouveau concept en lui-même je sais que cela va marcher, notamment auprès des jeunes, maintenant il faut que le produit tienne la route, c’est ce qui va se trouver à l’intérieur de la machine qui va être décisif ».

Côté emplacement, le distributeur est situé à deux kilomètres du point de vente principal. « Le problème en Touraine dans la Vallée de Loire, c’est qu’il y a beaucoup de monuments classés « Bâtiments de France ». « Dès que je trouvais un emplacement, il y avait toujours un édifice, un château et donc ça posait problème… J’avais presque baissé les bras sur Chinon et j’ai un ami qui possède des cars de tourisme, j’ai installé mon distributeur à proximité de chez lui, il y a également un gros primeur, je me suis placé juste à côté de lui. C’est un emplacement  idéal parce qu’il y a beaucoup de passage et aucun bâtiments de France ».

Nicolas commence à préparer ses clients à l’arrivée du distributeur en leur disant notamment qu’ils pourront consommer leur pizza quand ils le souhaitent et à toute heure. « À Chinon à 21 heures tu ne peux plus manger, tous les clients des hôtels pourront se servir eux mêmes quelle que soit l’heure et le distributeur ne détériore pas le goût des produits, c’est primordial surtout quand tu travailles avec du frais ».

Sur l’aspect communication, Nicolas compte ouvrir une page Facebook « Le petit creux » mais il nous confie ne pas vouloir « partir tout de suite à fond, je veux prévoir et y aller progressivement et petit à petit pour bien prendre le contrôle de la machine et d’y aller tranquillement ».

Test de cuisson

Nous proposons aux pizzaïolos de faire des tests de cuisson directement chez vous avec l’authentique four PIZZADOOR !
Prendre rendez-vous

Etude de rentabilité

Découvrez la rentabilité de notre distributeur de pizzas ou de paninis !
Calculez

On vous rappelle

Etes-vous un client Adial ?

  • Veuillez appeler votre interlocuteur habituel ou appeler le standard au 02 31 65 25 25

     
  • Veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons dans les meilleurs délais.

    On vous rappelle

    Tous les champs sont obligatoires.
    ADIAL a besoin des coordonnées que vous nous fournissez pour vous contacter au sujet de nos produits et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. Consultez notre Politique de confidentialité pour en savoir plus sur nos modalités de désabonnement, ainsi que sur nos politiques de confidentialité et sur notre engagement vis-à-vis de la protection et de la vie privée. Vous pouvez consulter notre page Gestion de vos données pour en savoir plus.